Qu’est-ce qu’un viager ?

Un viager est avant tout une vente contractuelle d’un bien immobilier. Les modalités de vente sont clairement définies. La vente s’accompagne normalement d’un bouquet, il s’agit d’une somme comptant versée au vendeur au moment de la signature. Le reste de la somme est versé en forme de rente périodiquement (mensuelle, trimestrielle ou annuelle) à des taux réduits au vendeur jusqu’à son décès. Un viager est aujourd’hui, un investissement privilégié par les retraités. Il serait judicieux de noter que le principe du viager réponse sur le principe d’aléa. La rente versée s’arrête et se chiffre par la au final, qu’en fin de vie du vendeur.
Ce qui distingue le viager des autres types de ventes, c’est surtout cette rente, ses particularités fiscales, des taux et ses conditions attrayantes, et cela à un prix qui n’est pas coté selon la valeur du marché. Les banques ne sont pas directement impliquées dans les transactions viagères, réduisant ainsi d’autres frais. Pour l’acquéreur, c’est un bon moyen pour se constituer et développer son patrimoine. Pour le vendeur, les enjeux sont différents, le viager séduit habituellement bon nombre de retraités, pour compléter sa pension, améliorer sa qualité de vie et son pouvoir d’achat, constituer un capital en anticipant des dépenses futures.
Le viager, devenu de plus en plus répandu en France, est pourtant un type de contrat qui reste assez méconnu des français.
Les types de viagers
Un viager se fait soit en libre, le bien est vendu le vendeur n’y habite plus, soit en occupé, le vendeur y habite toujours et dans ce cas précis, nous parlons d’occupant. Dans le cas où le vendeur occupe toujours les lieux, il ne sera plus sujet à la taxe foncière mais relève désormais de la taxe d’habitation, donc moindre.
De plus, le viager peut inclure un bouquet, où un tiers du prix est payé au comptant, ce qui réduit la rente périodique.
Les avantages du viager, pour l’acquéreur

1. Un acte de vente simplifié

L’acte de vente nécessite seulement la présence du notaire. Le notaire a pour mission de conseiller et à fournir au vendeur et à l’acquéreur toutes les informations nécessaires afin de mener à bien la transaction viagère. Le notaire peut aussi déterminer la valeur du bien et fixer les montants; bouquets et rentes.

2. La non implication des banques

Absence de frais bancaires
Comme les banques ne sont pas généralement impliquées dans les ventes viagères, bon nombre de frais bancaires et les formalités administratives qui y sont associées peuvent être éliminés

Pas d’hypothèque
Il n’y a pas directement besoin d’emprunt bancaire. Contracter un crédit immobilier n’est ainsi pas indispensable. Vous n’avez donc pas de frais bancaires à charge. Aussi, vous n’avez pas besoin d’hypothéquer vos biens et trouver des garanties.

Frais additionnels évités
Des divers frais dont les impôts sur les crédits sont aussi directement évités.

3. Prix moindre

Le prix d’un viager ne dépend pas de la cote du bien immobilier sur le marché mais de la valeur actuelle du bien. Le prix est calculé sur une moyenne déterminée par l’occupation du bien, c’est à dire sur l’âge du vendeur, jusqu’à son décès, selon le barème viager des notaires sur l’espérance de vie. Ainsi la validité du contrat, le prix du bien et le montant de la rente sont déterminés en partie grâce à l’âge du vendeur. Le paiement est échelonné, sans les frais habituellement associés.
Bon à savoir : le contrat devient caduque si le vendeur décède dans les 20 jours après la signature du contrat.

4. Investissement et fiscalité

Acheter en viager, c’est aussi acheté sans devoir dépenser une somme colossale dès le départ. Avec la formule bouquet et rentes, l’investissement initial est moindre et à la portée des budgets moyens.
Le bien en viager occupé n’est pas sujet à l’impôt sur la fortune. C’est un investissement qui ne se fiscalise pas.