La crise sanitaire que nous vivons actuellement a provoqué un manque de visibilité des start-up et PME qui ne souhaitent plus signer des baux commerciaux en 3-6-9. La nouvelle tendance revient aux contrats de location et aux services sur-mesure.

En effet, on assiste aujourd’hui à une remise en question concernant la place du bureau en lui-même puisque pandémie oblige, il y a eu une explosion du télétravail, une nouvelle organisation des espaces…mais il y demeure toujours cette nécessité d’un travail d’équipe, de collaborateurs dans le besoin d’identification et d’un lien social qui justifient ce travail à l’extérieur du domicile.

Les confinements à répétition ont provoqué un manque de visibilité de la part des entreprises sur leur activité et leur durabilité. Celles-ci ont donc du mal à envisager de signer des baux commerciaux 3-6-9 qui les assignent à rester dans un même bureau au moins pendant 3 ans . De plus, la demande de caution par les bailleurs équivalant à 6 ou 9 mois pèse sur la trésorerie de nombreuses sociétés. Cette rigidité du système immobilier de bureau ne peut plus continuer pour les entreprises.

Aujourd’hui ces structures envisagent le monde différemment. Elles s’orientent majoritairement vers les espaces de coworking ou acceptent de développer leur activité dans des espaces partagés.

Elles veulent également instaurer un nouveau mode: l’immobilier de bureau en prestation de services au lieu d’une location de surfaces vides au m2. Elles veulent donc se concentrer sur le cœur de leur métier et faire une économie de surfaces suivant leur besoin.

Selon une étude de Jones Lang Lasalle, cette “nouvelle vague” va se transformer en tsunami : de 1% du parc en 2019, la part de l’immobilier de bureau en prestation de services devrait atteindre 10% en 2021 et … 40% en 2025.

Avec ce nouveau mode de fonctionnement, il n’y aura pas de perdant puisque ce sera symbole de délais de location raccourcis, d’absence de franchise de loyers pour les entrants et aussi d’une rentabilité revue à la hausse alors que celle-ci était en baisse.